Droit pénal général

Fort d’une expérience de plus de 30 ans en droit pénal, et reconnu pour être l’un des meilleurs dans ce domaine, le cabinet intervient pour le compte de personnes mises en cause ou parties civiles.

Notre équipe est disponible et réactive pour répondre aux besoins de nos clients à tous les stades de la procédure pénale (assistance en garde à vue, préparation aux auditions et interrogatoires, mises en situations, audiences sur la détention provisoire, visites régulières en détention etc.).

Nous intervenons devant l’ensemble des juridictions répressives en France métropolitaine et dans les DOM-TOM pour tous les types d’infractions (atteintes contre les personnes et les biens, atteintes à la confiance publique, atteintes aux intérêts fondamentaux de l’Etat etc.).

Enfin, notre cabinet a mis en place un pôle dédié à l’aménagement de peines des personnes condamnées (v. Droit pénitentiaire et contentieux administratif).

Nos interventions les plus récentes :

  • Intervention pour le compte des victimes de l’amiante dans le cadre d’informations judiciaires en cours et élaboration de citations directes afin d’établir les responsabilités pénales au niveau national.
  • Défense d’une personnalité politique accusée de viols et acquittée par la Cour d’assises.
  • Conseil de victimes de violences policières qui font l’objet d’une information judiciaire en cours.
  • Défense d’une personne accusée de complicité d’assassinats en lien avec une entreprise terroriste et acquittée de ce chef par la Cour d’assises spécialement composée.
  • Défense de deux pilotes d’aviation privée renvoyés devant la Cour d’assises spécialement composée pour importation de stupéfiants depuis la République Dominicaine.
  • Conseil de deux ressortissants italiens accusés en France de faits d’importation de drogue dans le cadre d’un réseau organisé entre l’Europe et le Venezuela.
  • Conseil d’un cadre d’une entreprise monégasque mis en cause pour des faits de vol de données informatiques.
  • Défense de personnes récemment mises en cause dans des procédures criminelles ouvertes depuis plusieurs décennies et non résolues ( affaires dites « cold cases »).
  • Conseil de personnes mineures dans le cadre d’informations judiciaires puis devant les juridictions spécialisées.